was successfully added to your cart.

Panier

Quand un enterrement déchaîne les passions…

Un enterrement à Ornans Gustave Courbet

     Le musée d’Orsay abrite en son sein une œuvre emblématique de Gustave Courbet : Un enterrement à Ornans. Mais comment cette œuvre a-t-elle révolutionné le paysage artistique du milieu du XIXe siècle ? On vous en dit plus ci-dessous.

L’ère du changement

Gustave Courbet autoportrait

     1850 : nous sommes au cœur de la Seconde République. La société évolue et se scinde en deux classes sociales très différentes. D’un côté la bourgeoisie devenue classe dominante et de l’autre la classe ouvrière. Face à cela, certains artistes prennent le parti de se marginaliser. Ils refusent de se soumettre aux institutions et aux pouvoirs en place tout en ne combattant pas aux côtés de la classe ouvrière. Gustave Courbet, qui ne participera à la Commune qu’en 1871, fait partie de ces artistes maudits.

Un artiste à contre-courant

     L’œuvre Un enterrement à Ornans, est un bel exemple des revendications de l’artiste. Celui-ci cherche à se détacher à la fois du romantisme, courant artistique qui met notamment l’accent sur l’exaltation des sentiments et de l’académisme, qui privilégie le respect des conventions. Parmi ces conventions, l’académisme veut que les peintures de grand format soient réservées aux peintures historiques, allégoriques, mythologiques ou bibliques, ces sujets étant considérés comme plus nobles. Or, pour Courbet, l’histoire des gens du peuple mérite d’être représentée sur des tableaux de grand format car il s’agit de l’histoire contemporaine.

     C’est ainsi qu’Un enterrement à Ornans, tableau d’environ sept mètres de hauteur sur trois mètres de large, voit le jour. Il représente une scène d’enterrement dans le village natal de l’artiste et fait de Courbet, une figure emblématique du mouvement réaliste. En effet, les vingt-sept personnages représentés sur l’œuvre ont bel et bien existé et ont posé tour à tour dans l’atelier de l’artiste.

Une oeuvre qui déchaîne les passions

Exposition universelle de 1855 Palais de l'Industrie

     On se doute dès lors qu’au cours de son exposition au salon de 1850-1851, l’œuvre fit scandale auprès d’un public dénonçant la grossièreté de l’œuvre et la laideur des personnages. Elle est ainsi refusée à l’Exposition Universelle de 1855. Néanmoins, notre valeureux Courbet ne s’avoue pas vaincu et décide de financer une exposition personnelle à deux pas de l’Exposition Universelle. Au total, quarante tableaux de l’artiste se revendiquant du réalisme y seront représentés. De quoi marquer à jamais les esprits.

Si tu as aimé notre article, écrit avec amour, n’hésite pas à :

  • le “liker” en cliquant sur le cœur tout en haut à droite
  • laisser un commentaire dans la case “Leave a reply” tout en bas
  • le partager sur les réseaux sociaux

Tu as aimé cet article ? Tu aimeras sans doute aussi nos visites !

Les visites des Découvreurs en 4 points clés

La découverte de trésors hors des sentiers battus

Des lieux, œuvres d’art, musées ou monuments confidentiels qui ont un véritable intérêt historique ou artistique

Une expérience pleine d'imaginaire et de surprise

Une description énigmatique, le lieu dévoilé seulement après la réservation, la visite construite comme un voyage à travers une thématique

Un véritable échange détendu et convivial

Des guides experts de leur sujet qui proposent de véritables échanges où l’observation et le débat ont une place importante

Un moment de respiration dans la semaine

Des visites le midi pendant la pause dej’ pour faire une “coupure” dans sa journée et le soir après le travail pour décompresser

Un aperçu de nos visites en images

Et si tu offrais une visite Les Découvreurs à un proche ?

Choisis une de nos trois cartes-cadeaux !

Carte-cadeau
"Hors les murs"

En savoir plus

Carte-cadeau
"Passe-muraille"

En savoir plus

Carte-cadeau
"Le Combo"

En savoir plus

Découvre ce que la presse dit sur nous

La Provence, Challenges, Libération...

Suis-nous sur les réseaux sociaux

Facebook

Instagram

Twitter

Leave a Reply