Si aujourd’hui notre courrier est (relativement) bien distribué, la Poste a une longue histoire derrière elle, qui fut parfois des plus chaotiques. En témoigne la circulation du courrier lors du confinement des Parisiens pendant le siège de Paris par les Prussiens en 1870.

Les moyens de communication avant le siège de Paris

     Au XIXème siècle, la communication est marquée par deux principaux moyens de distribution du courrier : le bateau pour le courrier venant de pays éloignés et le train.

     En effet, la période de la Révolution industrielle fait apparaître ce nouveau moyen de locomotion que la Poste ne tarde pas à utiliser à son avantage. Un wagon est dédié à la Poste, dans lequel des agents trient le courrier pour le distribuer à chaque station. La Poste est d’abord réticente à intégrer ce moyen de transport à ses services mais finit par se rendre compte de l’avantage qu’il pouvait représenter. Etonnamment, ce revirement d’opinion a lieu quand la société ferroviaire leur annonce que l’utilisation du wagon sera gratuiteLa première ligne-poste est donc inaugurée le 30 août 1845 entre Paris et Rouen et sera suivi de nombreuses autres.

L’invention de nouveaux moyens de communication pendant le siège

     Le principe d’un siège, c’est que la ville assiégée soit coupée du reste du monde. Et qui dit coupée du reste du monde, dit aucun bateau ou trainLes assiégés doivent donc rivaliser d’ingéniosité pour communiquer avec le monde extérieur.

     On va commencer par un moyen classique : la montgolfière (ou ballon). Bien que les ballons existent depuis un petit bout de temps (le succès des frères Montgolfier remonte à 1782), ce n’est que quand on n’a plus le choix que l’on réalise que finalement ce n’est pas si mal. Et hop c’est parti ! Au départ le courrier a le droit à un aller simple puis les ballons reçoivent des passagers destinés à remettre les réponses aux Parisiens : les pigeons voyageurs.

     Pour multiplier les chances, certains préfèrent des méthodes plus… exotiques. Ainsi, quelques optimistes décident de confier leur courrier aux boules de Moulins, des sphères de métal contenant des missives et censées descendre (ou remonter) la Seine jusqu’à destination. Bon, ce n’est pas un franc succès sachant qu’aucune de ces boules n’est arrivée à Paris pendant le siège. La Poste a donc distribué ces courriers avec un léger retard…

Petit zoom : Extrait d’une lettre de Théophile Gautier à sa fille pendant le siège

À Estelle Gautier

 Paris 29 septembre 1870

Ma chère Estelle, Comme les voies terrestres sont coupées, il faut bien avoir recours aux voies aériennes et je confie ma lettre au premier ballon qui part. Nous sommes enfermés, séparés du reste du monde et cela est bien cruel de n’avoir aucune nouvelle de ceux qu’on aime.

[…] P.S. J’ai mis un numéro à ma lettre. Si tu la reçois, prends-en note ; je chiffrerai les autres lettres que je t’écrirai et de cette façon tu verras s’il y en a de perdues. Fais bien mes amitiés à Auguste et aux amis de Genève quand ils viennent à Bonport. Présente mes hommages à mademoiselle Blanche et dis à Carlotta que je lui écrirai par le prochain ballon.

     Dans cette lettre, l’auteur explique que le moyen de communication qu’il préfère est le ballon. Il lui apparaît être le moyen le plus sûr puisque la lettre semble être parvenue à sa destinataire

     Et c’est tout pour cette petite histoire de la Poste pendant le siège de Paris. Désormais, vous ne verrez plus votre courrier du même œil (principalement parce qu’il n’est pas recouvert de plume… enfin, normalement) !

Les Découvreurs, késako ?

Nous proposons des activités culturelles insolites pour découvrir les trésors patrimoniaux cachés de Paris et de la région Île-de-France :

Les Découvertes
Les Explorations
Les Aventures
Les Fantaisies
En savoir plus

Leave a Reply