Il est des légendes qui interpellent du fait de leur profond lien avec la réalité. La légende du fantôme de l’Opéra Garnier en fait partie…

D’où vient le fantôme de l’Opéra Garnier ?

Opéra Le Peletier vers 1822 par Courvoisier

      Le fantôme de l’Opéra Garnier, c’est l’histoire d’un petit garçon prénommé Ernest qui devient orphelin en 1863. En effet, sa mère, célèbre danseuse à l’opéra de Paris, décède à la suite de graves brûlures causées par une des rampes à gaz de l’opéra. Celui-ci ne se tient alors pas encore au Palais Garnier mais dans une salle de la rue Le Peletier (voir image ci-dessus).

     Ce tragique accident n’empêche pas Ernest de devenir un virtuose et de tomber amoureux d’une ballerine de l’opéra. Néanmoins, dix ans plus tard, le sort s’acharne. La salle de la rue Pelletier prend feu lors de la répétition d’un ballet. Ernest voit sa bien-aimée mourir sous ses yeux… Tout le monde le croit mort après l’effondrement du bâtiment et pourtant d’étranges événements surviennent au Palais Garnier, le nouvel opéra. Du matin au soir, le fantôme d’Ernest semble hanter le palais. Tandis que le son d’un piano résonne dans une salle de répétition la nuit, un contrebassiste affirme avoir découvert un matin sa partition corrigée de quelques coquilles…

Quand passion amoureuse rime avec folie

Loge n°5 du fantôme de l'Opéra Garnier

     Dans les années 1890, alors que le fantôme est craint de tous, une fillette nommé Christine affirme que celui-ci veille sur elle. Après quelques années, le fantôme finit par lui apparaître pour lui déclarer sa flamme. Il lui affirme la regarder à toutes ses représentations depuis la loge n°5 de l’Opéra.  Tour à tour stupéfaite, curieuse puis terrorisée par la passion que lui voue le fantôme, elle décide de le fuir.

     Mais Ernest ne s’avoue pas vaincu. Si bien que le 20 mai 1896, Christine obtient le premier rôle d’une représentation à la suite d’un tragique accident. La rivale de Christine pour le premier rôle voit sa mère mourir sous le lustre du Palais Garnier qui s’est détaché du plafond. Ayant compris qu’il s’agissait de l’œuvre du fantôme de l’Opéra, Christine décide d’abandonner la danse et de se marier. Elle n’entendra plus parler de lui.

Des accidents douteux qui se perpétuent

Palais Garnier

     Malgré ce départ, nombreux accidents et décès continuent de survenir lors des représentations. Parmi eux, l’incendie criminel de 1950 qui a bien failli détruire le Palais Garnier. C’est ainsi qu’en 1992, un médecin est désigné pour être présent dans la salle à chaque spectacle en échange de billets gratuits

     Aujourd’hui encore, aucun spectateur ne souhaite assister aux représentations dans la loge n°5 du Palais, en seriez-vous capable ? 

Leave a Reply