14 mai 1610, rue de la Ferronnerie, Paris. Un hurlement trouble la joyeuse agitation de cette rue fréquentée de la capitale. Quelques heures plus tard retentit « Le roi est mort, vive le roi », annonçant le décès de la victime, Henri IV, roi de France.

Le récit des faits

     Nous sommes au palais du Louvre, le 14 mai 1610. Il est 16h00 et le roi Henri IV décide de rendre visite à son ami malade, le surintendant des finances et gouverneur de la Bastille Sully. Prémonitoire, le souverain porte la main à son front et déclare juste avant de partir : « Mon Dieu, j’ai quelque chose qui me trouble fort là-dedans ». Il entre dans son carrosse et s’assoit à gauche de la banquette, après avoir demandé que l’on ôte tous les mantelets (volets) du véhicule. Avec lui, seuls sont présents sept valets et quelques cavaliers, le souverain ayant refusé que sa garde l’accompagne.

     Le cortège se met en route. Arrivé rue de la Ferronnerie, le carrosse royal est bloqué par deux chariots et la suite du souverain est forcée de s’éloigner du véhicule à cause de l’étroitesse du passage, en faisant une cible facile. C’est à ce moment que décide d’agir l’assassin, Ravaillac. Prenant appui sur une borne en pierre d’un pied et sur la roue arrière de l’autre, il se hisse et parvient à poignarder Henri IV à deux reprises. La première tentative atteint la poitrine, sans gravité mais il touche ensuite l’aorte (artère de la gorge à l’origine de toutes les artères du corps), portant au roi un coup fatal.

     L’arme du crime ? Un couteau long et effilé que l’assassin vient de dérober à un cabaret de la rue Saint-Honoré.

     La réaction des témoins de la scène est immédiate : pendant que certains empêchent Ravaillac d’être lynché par la foule, les autres ramènent Henri IV au Louvre mais peine perdue, il est trop tard. Le décès est prononcé quelques heures après le crime et le royaume de France voit l’avènement d’un nouveau roi âgé de neuf ans, Louis XIII.

UNE GRANDE NOUVELLE

Les Découvreurs lancent des VISITES GUIDÉES VIRTUELLES INTERACTIVES avec un guide en direct live pour vous faire découvrir les trésors de Paris où que vous soyez !

Je m'inscris vite

Les portraits de la victime et du tueur

Portrait d'Henri IV - François Brunel Le Jeune

     Présentons maintenant la victime : Henri IV, roi de France et de Navarre. Né à Pau en 1553, il est le fils des souverains du royaume de Navarre (situé au sud-ouest de la France, à la frontière avec l’Espagne). Il est envoyé très jeune à la cour de France comme gage de l’entente entre les deux royaumes et se retrouve héritier de ce dernier à la suite d’un malheureux concours de circonstances (comprendre : tous les héritiers précédents sont morts). Henri IV devient donc roi de France en 1588, succession qui ne se fait pas sans heurts : le nouveau roi est protestant, dans un royaume majoritairement catholique. Au prix de nombreux efforts, il parvient en 1598 à un consensus bien connu, l’Edit de Nantes, qui établit la liberté de religion en France. Le roi se convertit au catholicisme mais son passé est dur à oublier…

Estampe de François Ravaillac par un anonyme - Crispin de Passe - gravure

     Maintenant, l’assassin. François Ravaillac est issu d’une famille modeste d’Angoulême. Habité par la religion, il est tellement extrémiste (et instable) que même les jésuites ne veulent pas de lui après son renvoi d’un poste de domestique pour cause… de visions mystiques. Acquis aux idées régicides de la Ligue, une alliance catholique luttant contre Henri IV, Ravaillac veut devenir le bras armé de Dieu et débarrasser le royaume de ce roi impie.

UNE GRANDE NOUVELLE

Les Découvreurs lancent des VISITES GUIDÉES VIRTUELLES INTERACTIVES avec un guide en direct live pour vous faire découvrir les trésors de Paris où que vous soyez !

Je m'inscris vite

Mais qui est le véritable coupable ?

     Toute enquête a plusieurs suspects et cette histoire n’en manque pas.

Portrait de l'Empereur Rodolphe II - Hans von Aachen, 1606-1608

     Parlons d’abord de l’opposition religieuse et politique entre Henri IV et Rodolphe II d’Autriche. Ce dernier étant un Habsbourg, il s’allie avec la branche des Habsbourg d’Espagne, faisant craindre à Henri IV une nouvelle invasion (les Espagnols ont été chassés de France en 1598). Le souverain décide alors de s’allier avec les princes allemands (et protestants) qui contestent la légitimité de Rodolphe II, donnant à ce dernier le motif parfait pour vouloir se débarrasser de son homologue français.

Marie de Médicis - Frans Pourbus le Jeune, 1616

     Marie de Médicis. Epouse d’Henri IV depuis de nombreuses années, elle a été officiellement couronnée reine de France la veille du crime, afin d’asseoir sa légitimité en cas de décès prématuré de son époux. Motif du crime ? Les aventures extra-conjugales du vert galant, qui la rendent folle de jalousie. Ah et elle aussi est catholique

Portrait du duc d'Epernon

     Dernier suspect, le duc d’Epernon. Catholique, proche du couple royal et des jésuites, il a un fort ressentiment contre le roi qui ne cesse d’ignorer ses conseils. Il est d’autant plus suspect que certains faits semblent l’incriminer : il a été le gouverneur d’Angoulême et a donc très bien pu rencontrer Ravaillac à cette époque. Et il est présent au moment du crime, assis dans le carrosse à côté d’Henri IV. Pourtant, le meurtrier passe par-dessus le duc pour atteindre directement le souverain… Cette piste semble pourtant à écarter car le duc est celui qui empêche Ravaillac d’être mis à mort afin de l’interroger. S’il avait été le commanditaire, pourquoi interroger l’assassin et prendre le risque d’être dénoncé ?

     Cet épisode de l’histoire est donc encore aujourd’hui la source de nombreuses théories. L’assassin a bien été arrêté mais est-il réellement le coupable ? Nous vous laissons en juger…

UNE GRANDE NOUVELLE

Les Découvreurs lancent des VISITES GUIDÉES VIRTUELLES INTERACTIVES avec un guide en direct live pour vous faire découvrir les trésors de Paris où que vous soyez !

Je m'inscris vite

Les Découvreurs, késako ?

Nous proposons des activités culturelles insolites pour découvrir les trésors patrimoniaux cachés de Paris et de la région Île-de-France :

Les Découvertes
Les Explorations
Les Aventures
Les Fantaisies
En savoir plus

Leave a Reply