was successfully added to your cart.

Quand une piqûre de serpent se transforme en orgasme

Femme piquée par un serpent Clesinger

    As-tu déjà vu la Femme piquée par un serpent d’Auguste Clésinger dans le grand hall du musée d’Orsay ? Cette statue grandeur nature représente une femme nue allongée sur un lit de fleurs, les cheveux détachés, en train de se tordre de douleur. La faute au serpent, enroulé autour de son poignet, qui vient de la piquer. Du moins, c’est ce que l’artiste a essayé de nous faire croire…

    Présentée au Salon de 1847, cette œuvre a déchaîné les passions. Elle a été commandée par l’industriel franco-belge Alfred Mosselman pour rendre hommage à celle qu’il entretient depuis qu’elle a 16 ans : Apollonie Sabatier. Qualifiée par les frères Goncourt de « belle femme un peu canaille », surnommée « La Présidente » par son cercle d’amis, Apollonie Sabatier tient un salon à Paris fréquenté par tous les artistes en vogue. Elle fait partie de cette catégorie de prostituées du grand monde appelées « demi-mondaines ». Entretenues par de riches parisiens, elles vivent dans des hôtels particuliers luxueux entourées de domestiques.

    Cette statue a fait l’objet d’un double scandale lors de son exposition. A première vue, les codes classiques semblent respectés. Le visage est idéalisé et peu expressif. Le socle est recouvert de fleurs, à l’instar des gisants classiques [NDLR : ces sculptures funéraires qui représentent le défunt allongé et qui recouvrent les tombeaux]. Le mythe auquel l’œuvre fait référence est on-ne-peut-plus classique : Cléopâtre, piquée par un serpent, en train d’expirer.

    Cependant, quand on y regarde de plus près, on se rend vite compte qu’il y a autre chose derrière. Le serpent est très peu visible et l’attitude de la femme dénote un peu pour quelqu’un qui se tord de douleur. Son attitude est plus que suggestive : son corps tout entier est tendu dans une vrille, la tête renversée en arrière, le buste cambré, la poitrine offerte aux spectateurs. La piqûre ne serait-elle pas qu’un prétexte ? Le sculpteur a représenté la figure féminine à un moment de paroxysme. Oui mais lequel ? Fulgurance de douleur… ou élan de plaisir ? Ne dit-on pas que douleur intense et plaisir suprême se rejoignent pour se confondre ? La Revue des deux Mondes, elle, n’est pas dupe : « le titre et le serpent sont des concessions faites au jury ! De qui se moque-t-on ! Cette femme ne souffre pas, elle jouit ! ».

Femme piquée par un serpent Clesinger

    Le scandale se serait arrêté là si l’artiste n’avait pas, pour réaliser sa sculpture, fait un moulage sur nature du corps… d’Apollonie Sabatier. La preuve en est : tu peux apercevoir un peu de cellulite sur le haut des cuisses et des plis au niveau de ses hanches. Or, cette pratique est violemment contestée au XIXème siècle. Contrairement à l’idée que l’on en a aujourd’hui, l’essence du travail du sculpteur du XIXème siècle est le modelé : il utilise ses doigts nus pour donner vie à des formes dans de la glaise ou de l’argile. C’est ensuite au praticien, assistant « technique », que revient la tâche de « sculpter » à proprement parler l’œuvre dans du marbre, d’après le modèle en terre de l’artiste, et au fondeur de couler l’œuvre en bronze d’après des modèles en plâtre. On comprend alors plus aisément le rejet de cette pratique à l’époque : un sculpteur qui moule sur nature est considéré comme un usurpateur et un tricheur.

    Le visage, lui, n’a pas été fait d’après nature : Clésinger a remplacé le visage d’Apollonie par celui d’une beauté idéalisée plus classique. Peut-être pour tempérer la fougue du corps et chercher la clémence de la critique… ou bien pour préserver l’anonymat de celle qui a été son modèle ? Toujours est-il que la demi-mondaine ne s’est pas fait prier pour profiter du scandale et se livrer à visage découvert. Dès le lendemain, elle s’est rendue au salon et s’est fait une joie de répondre aux questions des plus curieux…

On espère que tu meurs d’envie maintenant d’aller visiter le Musée d’Orsay qui contient des trésors artistiques riches d’histoires ! Si tu aimes la sculpture, tu peux aussi t’inscrire à notre visite “Femmes, femmes, femmes !” pour découvrir, dans leur écrin de verdure, les nus féminins d’un très grand artiste du XXème siècle…

Apollonie Sabatier ou la Présidente

Si tu as aimé notre article, écrit avec amour, n’hésite pas à :

  • le “liker” en cliquant sur le cœur tout en haut à droite
  • laisser un commentaire dans la case “Leave a reply” tout en bas
  • le partager sur les réseaux sociaux

Tu as aimé cet article ? Tu aimeras sans doute aussi nos visites !

Les visites des Découvreurs en 4 points clés

La découverte de trésors hors des sentiers battus

Des lieux, œuvres d’art, musées ou monuments confidentiels qui ont un véritable intérêt historique ou artistique

Une expérience pleine d'imaginaire et de surprise

Une description énigmatique, le lieu dévoilé seulement après la réservation, la visite construite comme un voyage à travers une thématique

Un véritable échange détendu et convivial

Des guides experts de leur sujet qui proposent de véritables échanges où l’observation et le débat ont une place importante

Un moment de respiration dans la semaine

Des visites le midi pendant la pause dej’ pour faire une “coupure” dans sa journée et le soir après le travail pour décompresser

Un aperçu de nos visites en images

Et si tu offrais une visite Les Découvreurs à un proche ?

Choisis une de nos trois cartes-cadeaux !

Carte-cadeau
"Hors les murs"

En savoir plus

Carte-cadeau
"Passe-muraille"

En savoir plus

Carte-cadeau
"Le Combo"

En savoir plus

Découvre ce que la presse dit sur nous

La Provence, Challenges, Libération...

Suis-nous sur les réseaux sociaux

Facebook

Instagram

Twitter

Leave a Reply